C'était mieux avant


  • Bill fait pleurer

    par Adehoum Arbane le 18.06.2019 Ambassadeur de la culture portugaise, le Fado est tristement connu pour son sens du tragique. Autre époque, autre référence, tout le monde se souvient du senhor Oliveira da Figueira, personnage des aventures de Tintin capable de provoquer des torrents de larmes en inventant des histoires pas possibles où le sort se faisait un malin plaisir à s’acharner sur des protagonistes entrainés malgré eux dans un interminable toboggan de malheurs. Du Portugal solaire à l’Angleterre pluvieuse, il n’y a qu’un pas. Bien que prise dans un perpétuel étau de brouillard, Londres a su cependant déjouer les caprices météorologiques...
    Lire
  • Les Stones, page blanche

    par Adehoum Arbane le 11.06.2019 Le progressisme arrogant devrait s’estimer heureux. Car un retour aux sources est toujours précédé d’un intense moment d’innovation. C’est l’éternelle alternante gauche-droite, avant-garde et classicisme etc. Ordre des choses qui s’applique aussi et fort heureusement à l’art, et plus précisément à la musique. Regardez l’année 1970 qui a vu nombre de formations psychés virer folk ou country, voire les deux, après trois années d’harassantes expérimentations et de jusqu’auboutisme drogué. Les Stones auront été tout simplement les premiers à opérer ce changement de cap, ce tournant de la rigueur si l’on ose dire. 
    Lire
  • Grateful Dead, alive

    par Adehoum Arbane le 04.06.2019 Baba-coolerie. Grateful Dead a toujours fait l’objet d’un saint mépris. À tort ou à raison d’ailleurs. Il ne s’agit pas de faire corps contre cette vision emprunte de snobisme. Mais d’expliquer le parcours singulier du groupe, sa philosophie, son désir d’explorer des paysages sonores plus vastes qui s’incarnent parfaitement dans leur album le plus connu, Live/Dead. Cependant, Le Mort Reconnaissant n’aura pas été la seule formation à proposer un live comme album officiel. La même année, Quicksilver Messanger Service enregistre avec Happy Trail ce qui sera considéré comme son meilleur album. En Angleterre, Pink Floyd suit cette voie...
    Lire
  • Lucio Battisti, dolce vitale

    par Adehoum Arbane le 28.05.2019

    L’homme fragile. À mille lieux de la figure consacrée de la rock star triomphante dont Robert Plant et Roger Daltrey furent les ambassadeurs les plus connus. Chose étonnante, c’est au pays de la virilité plastronnée qu’on trouva son contraire, tout de pudeur vêtue. Lucio Battisti, pop star discrète – mythe en Italie, secret bien gardé hors de ses frontières –, est l’incarnation d’un nouvel axiome : l’âme plus forte que le corps. Il aura opéré cette mue sur le temps long, en osant l’impensable dans le grand petit monde de la pop : la fusion entre la sensibilité méditerranéenne...


    Lire
  • David Ackles, normal Rockwell ?

    par Adehoum Arbane le 14.05.2019 On a trop vite fait de réduire la culture américaine au spectre hollywoodien encore que ce dernier puisse s’enorgueillir de couvrir une large période – dépassant le siècle –, riches en chefs-d’œuvre. Ainsi la peinture états-unienne, et son courant réaliste, brosse-t-elle, si l’on ose dire, un portrait de la nation – de ses paysages, de ses habitants – à l’image de ce continent : précis, vaste et grandiose. Parmi ces grands portraitistes, on compte bien évidement Edward Hooper, Charles Sheeler, John Sloan, Grant Wood et… David Ackles. Mais David Ackles n’est pas un artiste peintre, quoique. 
    Lire
  • Gary Ogan & Bill Lamb, calmos et coolos

    par Adehoum Arbane le 07.05.2019 Comme le vieux Léon de Brassens, Jean-Pierre Marielle s’en est allé au paradis de l’accordéon, de la moustache et des flacons. Il y a rejoint son camarade de toujours, Jean Rochefort. Et si les singer-songwriters Gary Ogan et Bill Lamb étaient les Marielle & Rochefort de l’Americana ? Période Calmos de surcroit ? La pochette de leur unique Lp qui les montre tels des pères peinards en pleine partie de pêche, sans la moindre nénette à l’horizon, accrédite cette thèse iconoclaste – pardonnez au critique de se jeter une fleur ! Une ambiance de mecs, décontractée...
    Lire
  • Ray Davies, gilet vert

    par Adehoum Arbane le 30.04.2019 À une époque où il est de bon ton de dénoncer la déconnexion des élites, où certains n’aiment rien tant que de se réclamer du peuple, souvenons de ceux qui joignirent l’acte à la parole. 1964, les Kinks des frères Davies inventent une forme de proto-hard qui deviendra la matrice du son du futur, repris tel un flambeau électrique par toutes les formations anglaises de la seconde moitié des sixties : Cream, Gun, Yardbirds période Page, Led Zep etc. Las des modes, Ray Davies décide de tourner le dos au psychédélisme naissant. Il est l’inventeur d’une pop folklorique, entre vaudeville et chronique sociale.
    Lire
  • Earth Opera, à la première place !

    par Adehoum Arbane le 09.04.2019 L’idéologie bêtassonne croit toujours que le gros mange le petit, que le fort écrase le faible. Comme on est loin de cette idée reçue. Et notamment dans le domaine si vaste de la musique pop. Circonscrite aux bouillonnantes sixties, celle-ci sut faire une place à chacun. Oh il y eut bien des laissés pour compte que des décisions stratégiques et publicitaires n’eurent pas aidés. Mais en général, nombreux furent les labels – puisqu’il s’agit d’eux – qui jouèrent le jeu de la diversité et de la fameuse solidarité riches/pauvres, groupes stars/formations confidentielles. Parmi ces entreprises, Elektra.
    Lire
  • Hunger, Hungry freaks

    par Adehoum Arbane le 02.04.2019 La fin justifie-t-elle les moyens ? Et la faim ? En 1969, le psychédélisme commence à s’éteindre sur les cendres d’Altamont. On connaît l’histoire, maintes fois rabâchée. Les anciens hippies drogués vont se reconvertir en gentils troubadours, errant avec leurs jolis accords et leurs histoires autocentrées dans les grasses collines de Laurel Canyon. Quelques formations continueront de porter le flambeau, les autres migreront vers un psyché hard de bon aloi (Dragonfly, Power of Zeus…). Il est en tout autrement de Hunger qui va coucher en cette année charnière un premier album en forme de déflagration sonore. 
    Lire
  • George Harrison, feel good Lp

    par Adehoum Arbane le 26.03.2019 Il en faut de la modestie quand on a fait partie du plus grand groupe pop au monde, celui qui a, disons-le, tout inventé. Surtout avec une carrière solo débutée en fanfare et poursuivie en dent de scie. Et d’autant plus quand la jeune génération trépigne, impatiente de renverser la table. Cela tombe bien, on n’a pas surnommé George Harrison le Quiet Beatles pour rien. Le flegme britannique semble avoir été imaginé pour ce musicien attachant et presque hors-sol. Déjà, l’homme sut se détacher des contingences de la vie de rock star en regardant ailleurs : du côté du cinéma, pour garder un pied dans les arts...
    Lire
  • George Harrison, all things must come

    par Adehoum Arbane le 19.03.2019 Prenez une rivière impétueuse. Obstruez-la de grosses pierres, voire édifiez un barrage. Avec le temps, les flots bouillonnants vont s’accumuler en d’épais blocs liquides, menaçant de fissurer puis de rompre le béton. Enfin, sans rien dire, quand personne ne s’y attend, libérez la rivière. Qui jaillira alors puissante, joyeuse, vivante, exaltée, inexorable. Malgré son surnom de Quiet Beatles, George Harrison, est cette rivière folle qui fut trop longtemps contrainte. Il faut bien dire qu’il en avait sous le pied, comme on dit vulgairement. Cependant, il dut composer avec le duo Lennon/McCartney...
    Lire
  • Mayall, toute la musique qu’il aime

    par Adehoum Arbane le 11.03.2019 Quel autre genre que le blues pourrait bien imprudemment revendiquer une authenticité à l’os, sous peine d’être immédiatement retoqué ? Né au XIXe siècle dans le Delta, le blues fut longtemps la musique des esclaves noirs chantant leur espoir d’une vie meilleure – comprendre libre. Dans l’Amérique de la Grande Dépression, les bluesmen vont coucher sur partitions leurs multiples déboires et infortunes dont certaines deviendront célèbres. C’est le diable si un petit anglais, blanc de surcroit, arriverait à se faire passer pour un blueseux pur jus, lui qui n’aura pas vécu ne serait-ce que...
    Lire
  • Jethro Tull, passé bien composé

    par Adehoum Arbane le 05.03.2019 La pop n’a jamais été avare de concepts. C’est même son principal moteur depuis les débuts, les 60s donc. Prog rock, jazz rock, rock symphonique – sans et avec orchestre quand on en a les moyens – opéra rock etc. Bien qu’ambassadeur d’un style résolument médiéval – donc passéiste –, le leader de Jethro Tull, Ian Anderson, va imaginer après ses premiers succès discographiques un album inédit dont le principe va bien au-delà de l’idée de concept : le best of hors albums ! À l’exception de Song For Jeffrey, l’inusable Bourée, Inside et Locomotive Breath, Living In The Past...
    Lire
  • Pink Floyd ou les temps modernes

    par Adehoum Arbane le 26.02.2019 Dark Side Of The Moon, c’est avant tout l’histoire d’un album qui s’égara très vite dans les landes de l’oubli. Enregistré en 1972 par un groupe alors en quête de reconnaissance, sans doute désireux d’en faire un succès planétaire, ce qui est légitime s’agissant d’une œuvre pop, celle-ci ne connut pas fortune et gloire, et son groupe, le mal nommé Medecine Head, ne put accomplir son destin. Cet album de heavy rock, fort dispensable, fit malgré tout vaciller ce géant qu’était déjà Pink Floyd, placé sur l’inexorable trajectoire du succès qui devait l’arracher à la confidentialité de ses années "étudiantes".
    Lire
  • Barclay James Harvest, fantôme de la pop ?

    par Adehoum Arbane le 19.02.2019 Il existerait donc pire que Queen ?! Au moins la formation de Mercury aura-t-elle connu le succès (et ses affres). Le cas de Barclay James Harvest semble plus complexe. Le groupe a certes eu son Live at Wembley à lui, le fameux concert à Berlin, vendu comme des petits pains un jour de messe. Ce qui ne l’empêcha pas de se faire railler par la critique rock tout au long de sa carrière. On conviendra que la musique de BJH – pardonnez l’acronyme – n’a rien de très original, pas plus qu’on ne trouvera dans le moindre petit bout d’album un quelconque accent novateur.
    Lire
  • Soft Machine au Paradiso, de haute lutte

    par Adehoum Arbane le 12.02.2019 Si l’acte de création se définit par une prise de risque – ceux qui ne font rien ne se trompent jamais comme dit l’adage –, sa perpétuation se veut une lutte de chaque instant. Cette sentence à priori pompeuse et un brin hermétique – on aurait pu l’entendre dans n’importe quelle émission de France Culture – trouve pourtant son expression la plus juste à l’occasion d’un concert qui fut donné dans la célèbre salle Amstellodamoise, le Paradiso. Nous sommes en mars 1969. Le club affiche fièrement le nom de Soft Machine, jeune formation prometteuse réduite à un trio comme c'est la mode depuis...
    Lire
  • Macca fait entrer les Wings

    par Adehoum Arbane le 05.02.2019 Durer c’est s’épuiser. Régner c’est s’égarer. Deux maximes imaginaires que Paul McCartney aura décidé de ne jamais suivre tout au long des années 70. Décennie qui sera bien souvent celle du déclin pour la génération d’artistes pop estampillée sixties. Rembobinage de mémoire. Après la dissolution des Beatles, Macca débute une carrière solo sur un premier long bricolé, bancal mais qui renferme quelques trésors (That Would Be Something, Man We Was Lonely, Maybe I'm Amazed, Junk-Singalong Junk). 1971, comme Lennon avec Imagine, Paul balance un Ram devenu culte au fil des années.
    Lire
  • Lenny Kravitz, toujours écouter sa maman

    par Adehoum Arbane le 29.01.2019 Au fond, le rock ne serait qu’une putain de réinvention. Si la tendance du revivalisme ne date pas d’hier, on peut dire que Lenny Kravitz en aura été le plus habile promoteur. Ce dernier arrive dans l’industrie musicale à un moment précis de l’histoire de la pop – 1989 – où le besoin de recycler les codes du passé, comprendre les sixties, n’a jamais cessé de hanter les musiciens. Même si d’autres – Nirvana – ambitionnent de tout refonder (comprendre, tout foutre en l’air). Tout est là, à ce point d’équilibre. Ainsi devaient débuter ce que l’on appellerait les nineties. Grunge et novatrice d'un côté...
    Lire
  • Bert Jansch, la folk tranquille

    par Adehoum Arbane le 22.01.2019 Quand elle ne chatouille pas la tradition, la folk se plait à prendre des accents ombrageux, poétiques, tourmentés. Parfois même, une certaine grandiloquence guette derrière le sérieux affiché. Qu’on l’observe en bon exégète du côté de la Tamise ou à quelques encablures de l’Atlantique, le constat est le même. Bert Jansch peut s’enorgueillir d’appartenir à cette grande famille des femmes et des hommes à barde. L’écossais aura traversé pas moins de quatre décennies, semant les albums tel le petit Poucet, avec application, front baissé sur sa guitare acoustique. Vingt-deux, sans compter ceux avec Pentangle, groupe réunissant une autre sommité...
    Lire
  • Le vrai cœur de Atom Heart Mother

    par Adehoum Arbane le 08.01.2019 Phénomène bien connu, la vampirisation compte à ce jour tant de victimes qu’on ne s’attardera pas à en dresser l’interminable liste. Qui plus est lorsque l’on resserre son domaine étendu à celui de la pop music, et de son corollaire : l’album. Et Pink Floyd en a un certain nombre à son actif. Parmi les quinze disques de sa discographie, des œuvres comme Ummagumma et Atom Heart Mother entretiennent le malentendu tout autant que More, pour ne citer qu’elles. On a tôt fait de remiser les chansons courtes que le groupe a pu écrire, au profit des grandes épopées spatiales
    Lire
  • Canterbury, le son qui venait de loin

    par Adehoum Arbane le 18.12.2018 Dans le concert des Nations on meurt, instruments en berne. C’est un fait, l’Histoire s’efface lentement sous le boutoir progressiste. La conception d’un passé – et de son héritage – comme un arrière-plan vers lequel le regard se porterait irrésistiblement et honteusement, et non pas comme un point d’ancrage à partir duquel on bâtit une aventure, un destin commun, semble avoir accéléré ce processus tristement délétère. On l’a dit, répété, il ne peut y avoir de futur sans passé, pas tant pour comprendre les erreurs produites, mais bien parce que dans une course... 
    Lire
  • Alice Cooper, DaDa run run

    par Adehoum Arbane le 20.11.2018 Quel artiste ou groupe des sixties parvint à survivre à la guillotine des eighties ? Lou Reed ? Ray Davies ? Dylan ? Neil Young ? Non. Bowie, presque. Encore que. Macca à la rigueur, même pas. Dès que l’un d’entre eux s’essaya aux nouveaux canons synthétiques, grande fut la déconvenue pour les fans. Le seul qui s’en tira d’affaire même si l’album en question s’inscrivait dans un déclin discographique – temporaire, rassurez-vous –, c’est Alice Cooper, contre vents et marrées ! En préambule il faut quand même rappeler à quel point Alice Cooper – avec et sans le Band – fut une immense star dans l'Amérique...
    Lire
  • The Head Shop, tête de gondole psyché

    par Adehoum Arbane le 13.11.2018 Le rock a toujours su, non sans talent, alimenter sa propre mythologie. Ainsi en va-t-il des one-hit wonders, ces artistes qui sur la base d’une seule chanson ont eu un succès populaire à ce point fulgurant qu’il ne connut pas de lendemain. Matrice du psychédélisme américain, le rock garage fut un formidable réservoir de tubes d’un jour ! Ce que l’on sait moins, c’est que le psyché US fut aussi pourvoyeur de one-album wonders. Pour des raisons assez évidentes, d’ailleurs. Un groupe était signé par un gros label, l’album enregistré avec une totale liberté de création puis lancé sans publicité...
    Lire
  • White Album, double solo

    par Adehoum Arbane le 06.11.2018 Malgré sa blancheur immaculée, le White Album aura fait couler beaucoup d’encre. Y compris chez les fans des Beatles, eux-mêmes éparpillés en différentes chapelles. Essayons de rassembler les morceaux. Le double blanc peut se voir, dans la longue histoire du groupe, comme l’album du début du déclin. Celui-ci rompt en effet avec la période psychédélique et baroque initiée sur Rubber Soul et qui trouve son acmé avec Sgt. Pepper’s. Après ce dernier effort – dans tous les sens du terme – les Beatles ne retrouveront pas l’élan nécessaire à leur survie et qui avait permis de bâtir leur légende, sauf sur Abbey Road.
    Lire
  • Déjà Vu mais déjà dit ?

    par Adehoum Arbane le 30.10.2018

    L’association Crosby, Stills, Nash & Young est souvent présentée comme la martingale ultime. L’alignement des astres, la conjonction des voix. Hormis le gentil Nash, Crosby et Young se taillent la part du lion. Crosby, c’est le timbre, la force de l’émotion dans la chanson titre, mais aussi l’homme, le symbole. Neil Young, lui, a déjà des lettres de noblesse. Quand sort Déjà Vu, il possède déjà quelques classiques en poche et lorgne ailleurs. L’année d’après il sort Harvest, son chef-d’œuvre. Gros carton dans les villes pour la musique des champs. Pourtant, Déjà Vu – tout comme Crosby, Stills & Nash...


    Lire
Top