À LA UNE

à la deux, à la trois

  • Vanilla Fudge, introduction en règle

    par Adehoum Arbane le 23.05.2017 Une règle de la pop – la bonne – prétend qu’il ne faut pas plus de quelques secondes pour jauger un hit single.  Quelques petites secondes pour se faire embarquer, et ne plus jamais lâcher l’affaire. Roulement de caisse-claire, riff de guitare, ou le bon vieux « one, two, three, for », c’est dans ce laps de temps de l’introduction que la bataille se joue. La survie aussi. Vanilla Fudge est passé maître dans l’art de l’introduction, pas dans sa jubilatoire brièveté, plutôt dans sa capacité à instaurer une ambiance. Poser les bases de sa dramaturgie
    Lire
  • Jim Buckley, au bon souvenir de Morrison

    par Adehoum Arbane le 16.05.2017 Théorie du complot. 1971, les Doors livrent sans le savoir leur chant du cygne. Après s’y être époumoné avec grâce et volupté, Morrison part pour la France, terminus Paris au sens le plus littéral puisqu’il y trouvera la mort. La voie est libre, si l’on ose dire. La voix du moins. Tim Buckley y voit un signe qui le conduit à écrire, enregistrer puis sortir Greetings from L.A. l’année suivante. Théorie certes, mais conjecture assez évidente à l’écoute de l’album. Nous n’irons pas plus loin dans le complotisme bêlant qui défigure trop souvent les rayonnages de l’actualité. 
    Lire
  • BS&T, les larmes de la délicatesse

    par Adehoum Arbane le 09.05.2017 Le rêve urbain se transforme le plus souvent en cauchemar. La ville devient un cloaque duquel on peine à s’extraire. Souvent l’envie de retrouver des paysages artificiels certes, mais harmonieux, se fait sentir. Voilà pourquoi on rêve au château de Versailles, sa verticalité arborée, son horizontalité de granit. Est-il possible de concevoir un chef-d’œuvre de délicatesse ailleurs qu’en ces lieux ? Faut-il se retirer dans un cottage pour signer le futur chef-d’œuvre de la pop sophistiquée ? Prenez New York par exemple, cet enfer fumant et maugréant.
    Lire
Top