À LA UNE

à la deux, à la trois

  • Just one Morby

    par Adehoum Arbane le 24.11.2020 Quel disque emporterait-on sur une île déserte ? Question rituelle qui nécessite courage et sacrifice. Inversons la proposition. Quelle île déserte emporterait-on dans un disque ? Tournée ainsi, celle-ci se pose. Surtout à Kevin Morby, musicien qui a toujours rapporté dans chacune de ses créations un bout d’asphalte appartenant à ces quelques villes qu’il aura mille fois foulé du pied. Harlem River était une ode à New York, Singing Saw et City Music à Los Angeles. Sur Sundowner, Morby a pris une décision : retourner à Kansas City, le berceau de ses origines, et d'y enregistrer ces dix  nouvelles chansons...
    Lire
  • Francesco Bianconi, splendeur abyssale

    par Adehoum Arbane le 17.11.2020

    L’esprit fin de siècle n’a jamais été aussi prégnant qu’aujourd’hui. Angoisse climatique, sanitaire, identitaire et religieuse, le monde semble au bord du gouffre. Et comme souvent, ce sont les italiens qui ressentent le mieux ce curieux sentiment contradictoire. N’oublions pas que les progrès technologique et économique ont rallongé notre espérance de vie. Entre désespoir et espérance, obscurantisme et renaissance, ainsi va ce grand peuple latin dont Francesco Bianconi est, en 2020, le sublime ambassadeur. 


    Lire
  • Joan Armatrading, tale & betrayal

    par Adehoum Arbane le 10.11.2020

    La sincérité d’un singer-songwriter est souvent évoquée dans les articles, à grands coups de sentences. Argument automatiquement contesté lorsque l’œuvre gravée en parait dépourvue, c’est-à-dire quand seule l’efficacité pop, le graal absolu, prédomine. L’histoire de Joan Armatrading relève du cas d’école buissonnier, car tenant des deux aspects. Si son premier long, Whatever's For Us, jouit d’une réelle force mélodique, la sincérité de ses chansons – car elles le sont – existe. Cependant elle est à chercher ailleurs que dans la musique...


    Lire
Top