A new disque in town


  • GospelbeacH, art total

    par Adehoum Arbane le 19.05.2020 « Le rock, c’est ce qui englobe tout sauf Wagner » disait Pierre Desproges. Malgré son ironie mordante – l’humoriste fustigeait en fait les décérébrés aphones bramant sur des mots qu’ils ne comprennent pas –, la phrase mérite qu’on s’y arrête un moment. Le rock est-il, tout comme la pop, une appellation générique sous laquelle on viendrait ranger différents sous-genres ou un terme idiosyncratique, vivant indépendamment d’autres genres, pour le coup, eux aussi autonomes ? Les récentes évolutions musicales, et donc culturelles, nous inciteraient à retenir la deuxième option. Et pourtant, le rock américain n'en a cure.
    Lire
  • Charles-Baptiste, l’après

    par Adehoum Arbane le 12.05.2020 Rien ne sera plus comme avant. Le confinement aura donc eu raison de l’ancien monde, laissant déjà poindre l’après, à inventer bien évidemment. C’est peu de dire que cette éventualité fascine autant qu’elle effraie. Changer de monde, c’était la promesse de nos grands oncles hippies, des Dylan, des Beatles. Leur utopie s’était fracassée contre le mur des réalités. Et les seventies avait remis tout ce petit monde à sa place, y ajoutant son lot d’horreur guerrier et de cynisme politique. Alors qu’aujourd’hui, nos sociétés sont arrivées à un niveau jamais égalé de développement et de sophistication, l’idée de tout balancer...
    Lire
  • The Secret Sisters, secret bien gardé

    par Adehoum Arbane le 05.05.2020 « Pour moi, la pire image du rock, c’est les groupes d’aujourd’hui qui s’habillent en Kooples ». Voilà ce qu’affirmait le réalisateur Bertrand Bonello dans une récente interview pour Rock&Folk. La posture, c’est le pire danger guettant le monde de la pop. Constat identique lorsque la musique fait la course à la hype, quand elle se borne à capter, non pas l’essence, mais l’air du temps sans se prélasser dans la source de l’authenticité. Ainsi, un fin observateur a dit du Band que leur musique n’était pas plus à la mode aujourd’hui qu’elle ne l’était à l’époque. Les Secret Sisters semblent avoir...
    Lire
  • Courtney, débranche, débranche !

    par Adehoum Arbane le 24.03.2020 Le merchandising, ce grand merchand loup ! Bienvenue dans l’industrie des produits dérivés qui semble avoir gagné le monde feutré et respectable du rock. Et il y a de quoi trembler ! Rendez-vous compte, en plus des rééditions, des coffrets collectors, des lives pirates ou officiels, des t-shirts, des tote bags, on trouve l’unplugged, figure quasi imposée depuis Nirvana. On s’en souvient, ça passait sur MTV et la prestation était même sortie en disque. Avant eux, Bon Jovi et Clapton avaient assuré le coup, surtout Clapton avec une version à nu de Layla qui avait eu le mérite de faire...
    Lire
  • Cotten Club

    par Adehoum Arbane le 03.03.2020 On n’a de cesse de demander à la pop de se réinventer et c’est là son unique défi d’une décennie à l’autre. Chaque époque a été ainsi portée par une révolution. Les 60s assurent brillamment le relai entre l’ère brève mais intense du 45t et celle plus conceptuelle du 33t comme objet pop à part entière ; les 70s accouchent du Hard, du Glam, du Prog puis du Punk ; les années 80 inventent et popularisent la Synthpop, l’Indie Rock mais aussi le Hip-Hop ; les années 90 offrent dans un maelström déroutant Électro, Britpop et Grunge. Et les années 2000 ? C'est avant tout l'explosion d'Internet qui rend ce legs...
    Lire
  • Mondial Pokett, en exclu mondiale !

    par Adehoum Arbane le 11.02.2020 Pour beaucoup de gens, y compris ceux qui les connurent de très près, les années 80 ont souvent été synonymes de hardcore. Pas le genre. Mais bien l’adjectif. Il s’agit d’un malentendu longtemps entretenu par les années Top 50 en France, MTV aux États-Unis. Si l’on choisit de faire l’impasse sur le tout-venant des tubes eighties – et encore on trouve quelques perles mainstream –, il convient de s’arrêter sur l’essence même ce que les exégètes appelèrent synthpop, fille légitime du post-punk et du krautrock, entre autres. Gilles et Dominique François ne sont pas nés du côté de Londres...
    Lire
  • MGMT, un nouvel album cet après-midi ?

    par Adehoum Arbane le 28.01.2020 La fin d’une décennie est souvent l’occasion d’un bref regard en arrière, afin de juger de ce qui fut accompli et ce que l’horizon étendu nous réserve. Surtout dans le domaine de la musique et plus précisément celui de la pop. Inutile à ce propos de se compromettre dans l’exercice risqué des meilleurs groupes et disques des dix dernières années. La tâche, herculéenne, serait vaine. En revanche, on peut largement affirmer qu’un groupe né dans la décennie précédente – en 2002 puis discographiquement en 2007 – aura marqué la pop de son empreinte. Il s’agit du duo poupin de MGMT.
    Lire
  • Alex Rossi, tempus fugit

    par Adehoum Arbane le 21.01.2020

    Demain est une autre nuit n’est peut-être pas une ode aux clubbers comme on serait tenté de le croire. C’est plus une variation sur le temps qui passe (et qui reste ?) ; la nuit y est vue comme la fin de toutes choses. Son créateur, Alex Rossi, est un artiste qui navigue dans nos scopes depuis bien longtemps, un peu comme un camarade que l’on fréquente sans vraiment bien le connaître. Il sort paradoxalement ce premier album après tant d’années passées à le concevoir, le peaufiner. Du coup, ce hasard-là nous raconte une autre histoire. Celle du temps nous l’avons dit mais dans toutes...


    Lire
  • Kanye West, OMG !

    par Adehoum Arbane le 24.12.2019 À un moment de l’Histoire où tout sentiment de religiosité esquissé, voire exacerbé, peut inquiéter. À une époque où le principe même de foi est moqué par les ricaneurs médiatiques. À l’heure où le matérialisme effréné nous éloigne du spirituel. À cet instant très précis donc, un artiste a choisi d’assumer son message. Il ne s’agit pas de n’importe quel artiste. On parle de Kanye West. Rappeur un brin falot, souvent vulgaire et comme tous ses homologues, souvent attiré par les productions clinquantes et les punchlines grossières. Et pourtant, Kanye West fait partie de ces musiciens qui se sont tournés vers la foi
    Lire
  • La féline fait l’un sans l’autre ?

    par Adehoum Arbane le 29.10.2019 Ce ne sont pas les effets spéciaux qui font un film. Ce n’est pas la production qui fait un album. Même si cette étape est bien évidemment indispensable. Que serait Sgt. Pepper’s sans le faste de ses arrangements ? Ainsi, le songwriting est à la pop ce que le scénario est au film, une ossature indispensable, un fond qui pourrait à la rigueur vivre sans la forme. Mais l’inverse est-il vrai ? Le troisième long de La Féline procède à rebours de la sacro-sainte règle. Ici la production règne en maître. Elle domine tout, jusqu’à prendre le pas sur le fond. C'est Chronos dévorant ses enfants. Constat étonnant quand on sait...
    Lire
  • Micro Pernice ?

    par Adehoum Arbane le 22.10.2019 Socrate aurait aimé la pop, cette corne d’abondance qui nous a tous fait dire un jour : « tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. » Affirmation valable que l’on soit bloqué provisoirement au temps de l’adolescence, où toutes les découvertes vous émerveillent, ou arrivé au stade quasi finale de la maturité, ce moment des plaisirs blasés. Et pourtant, après quelques décennies d’écoutes énamourées, nous avons retrouvé notre enthousiasme d’antan ! Huitième album des Pernice Brothers Spread The Feeling est à l’origine de cette gageure. Contrairement à son patronyme, Pernice n’est pas un perdreau de l’année.
    Lire
  • Sortie de L’Épée

    par Adehoum Arbane le 08.10.2019 Il ne faut pas confondre codes et références. Il fut un temps où un majordome présentait ses références à ses futurs employeurs. En regard, les codes paraissent plus artificiels, règlementaires. Dans le domaine si vaste de la pop la distinction prévaut. L’Épée en est bien évidement dotée. À l’origine de ce groupe, flambant neuf comme une lame de Tolède, Emmanuelle Seigner, Marie et Lionel Liminana et Anton Newcombe. Eux aussi ont leurs références qu’ils empruntent, tels des Tarantino rock, au passé. Le leur. Chacun peut s’enorgueillir d’avoir emmagasiné une somme de souvenirs, images...
    Lire
  • Weyes Blood, beauté plombante

    par Adehoum Arbane le 16.07.2019 Existe-t-il des dépressions heureuses ? Une version plaisante de Christine Angot ? Alors donc que Christine Angoisse, Natalie Mering, elle, rassure et cajole, enveloppe les sentiments les plus arides dans le voile de son timbre qui, à l’image de la pochette de Titanic Rising, flotte dans les profondeurs océaniques. Ce titre d’abord. Que l’on traduirait par Montée Titanesque mais que l’on pourrait décoder autrement, comme le Titanic parvenant à s’arracher à la lourdeur des flots. C’est un peu ça l’adolescence, sujet dont il est ici question : un rollercoaster émotionnel, une échelle de petites victoires menant à un toboggan d'ivresses...
    Lire
  • Walter & Lavergne, duo stellaire

    par Adehoum Arbane le 02.07.2019 Avez-vous déjà entendu parler du Voyager Golden Record ? Pour être plus précis il s’agit d’un objet banal de par sa forme mais au combien crucial faisant partie du vrai programme spatial Voyager lancé en 1977 par la Nasa dont le but était d’étudier les planètes extérieures du Système Solaire. Véritable bouteille à la mer interstellaire destinée à une éventuelle vie extraterrestre, Le disque du Voyageur est un vinyle – un 30 cm pour être exact – contenant tout un ensemble d’informations. Des photographies de la Terre, de ses habitants, de la nature, mais également des enregistrements sonores divers... 
    Lire
  • Kevin Morby is God

    par Adehoum Arbane le 21.05.2019 Qui aurait cru que le scepticisme, voire la détestation générale à l’endroit de la Religion cacherait en fait un grand disque ? Résumé ainsi, on penserait à une œuvre prosélyte, ce que Oh My God, cinquième album de Kevin Morby en six ans, n’est pas. C’est avant tout un regard posé sur notre société contemporaine. Avec quelques piques – qui aime bien châtie bien – lancés vers cette Amérique si complexe, si bizarre que l’artiste observe pour mieux la dépeindre tout en s’efforçant de glisser dans son nouveau disque de très beaux moments en apesanteur, de grands traits de lumière. Car au fond, tout n'est pas blanc...
    Lire
  • O, le petit prince

    par Adehoum Arbane le 23.04.2019 Sans le savoir ou oser le dire, O alias Olivier Marguerit renoue avec la poésie immédiate et enfantine de deux de nos plus grands poètes et écrivains : Jacques Prévert, qui avait déjà le goût des chansons, et Antoine de Saint-Exupéry. Avec ses allures de petit prince moderne, Marguerit n’en est pourtant pas à son coup d’essai. À terre est son deuxième album, sans compter ses nombreuses contributions sur disque comme sur scène au sein de Syd Matters, sa participation à la compilation réalisée en hommage au doucereux Yves Simon qui ferait d’ailleurs un parrain légitime. Ça c’est pour le curriculum vitae.
    Lire
  • En 2018, take five !

    par Adehoum Arbane le 21.12.2018 Alors que la trêve des confiseurs approche et que la course aux cadeaux bat son plein, s’attaquer au traditionnel Top de fin d’année vire bien souvent à l’obsession, voire au cauchemar. Ce qui de fait le rend superfétatoire. D’autant qu’il existe autant de tops que d’auditeurs, autant de classements que de critiques. Chacun y va de ses petits choix en faisant dans la surenchère. Top 10, 20, 50, 100 etc. Où s’arrêtera donc le ridicule. Car revenons à l’essence même d’un top. C’est avant ce que l’on estime être le meilleur de la production de l’année, non parce que cela vient de toi, de moi, de nous mais parce que les disques retenus...
    Lire
  • The Lemon Twigs, singes savants ?

    par Adehoum Arbane le 02.10.2018 Si on réduit toujours la pop à ses excès, on pourrait avant toute chose considérer ce qui fut son principal moteur : son ambition artistique. On aurait tôt fait de présenter The Lemon Twigs Go To School –  la suite de The Lemon Twigs Do Hollywood – comme un album concept, ce qu’il n’est pas. Un hymne à Broadway dont les deux brindilles sont des purs produits, héritage parental oblige ? À coup sûr, même si toute tentative de synthèse ou d’interprétation serait injuste ou vaine. Revenons au sujet, au disque. À observer la pochette – hideuse au passage –, les indices s’accumulent...
    Lire
  • Calibro 35, putain 10 ans !

    par Adehoum Arbane le 25.09.2018 Avec le retour en force de l’Histoire, la célébration du passé est devenue un enjeu civilisationnel. C’est aussi un sujet à manier, pardonnez l’expression, avec la délicatesse la plus extrême. Car derrière cette tentation du passé – et le désir de renouer avec un âge d’or – se cache un des problèmes existentiels qui étreint le plus le cœur des musiciens contemporains : produire une musique de leur temps. Moderne. Actuelle. Neuve. Pour ne pas dire novatrice. À première vue – enfin, à la première écoute –, Calibro 35 semble ne pas s’embarrasser de ces considérations. La formation italienne explore depuis dix ans...
    Lire
  • Barnett, Everybody knows this is now her

    par Adehoum Arbane le 15.05.2018 Quelque chose frappe à l’écoute du deuxième album de Courtney Barnett, Tell Me How You Really Feel. C’est son extrême proximité avec un artiste d’un autre temps, d’un autre sexe – vous pardonnerez que l’on compare une jeune femme à un vieil homme –, Neil Young. Et pourtant, plus d’un indice mène de l’une l’autre, et inversement. En premier lieu, leurs origines et leur rayonnement. Neil Young, tout canadien qu’il est, s’imposa aux États-Unis, à Los Angeles plus particulièrement. Australienne de son état, Courtney Barnett est aussi parvenue à se faire une place...
    Lire
  • Barbara Carlotti, vous ne rêvez pas

    par Adehoum Arbane le 24.04.2018 Les carnets de rêves… Qui n’a jamais rêvé d’y consigner le souvenir parcellaire des songes de la nuit passée ? Comme les prémices d’une œuvre directement reliée à l’âme, sincère par définition. Barbara Carlotti aura utilisé cette méthode pour composer les nouvelles chansons de son dernier album, Magnétique. En apparence, personne n’aurait fait le rapprochement si l’artiste n’avait expliqué sa démarche créative (Dream Machine, hypnose, réveil sonnant au moment du sommeil paradoxal). Peut-être parce qu’une chanson ne peut être la restitution exacte d’une réalité, fut-elle née dans un rêve. 
    Lire
  • Drame, acte 2

    par Adehoum Arbane le 13.03.2018 La musique instrumentale est par définition inclassable. Elle s’étend du classique – appellation réductrice – au jazz, du rock (dont les jams cosmiques !) à la techno, et joue même des coudes pour se frayer un passage vers les œuvres expérimentales. Difficile à cerner, elle n’en demeure pas moins exigeante. Hors format, elle ne se laisse pas si promptement apprivoisée. Car il faut bien arriver à remplacer idées et mots par des sons, des notes, plus globalement caractères et tonalités afin d’exprimer telle ou telle émotion. Parfois, souvent, la musique instrumentale choisit un chemin de traverse, en dehors de toute recherche de signification. 
    Lire
  • MGMT, âge sombre ?

    par Adehoum Arbane le 06.03.2018 Wolfgang Amadeus Mozart composa La flûte enchantée en 1791, puis mourut la même année. Il avait 35 ans. Aujourd’hui, nous gardons de lui – et pour l’éternité – l’image du film de Milos Forman, soit un jeune homme fantasque au rire tintinnabulant. Il se trouve que Andrew VanWyngarden et Ben Goldwasser ont composé leur quatrième album, Little Dark Age, au même âge (on leur souhaite toutefois une plus longue existence !). Ainsi et depuis leurs fracassants débuts, ils réécrivent, au fil des albums, leur œuvre de jeunesse. Tels des Mozart de l’ère pop. C’est peu dire que leur musique recèle cette part enfantine...
    Lire
  • The Limiñanas, homme et femme de l’ombre ?

    par Adehoum Arbane le 20.02.2018 Johnny vient de laisser sa peau au vestiaire du provisoire pour rejoindre l’éternité. Pour les quelques rockeurs restants, c’est cependant un souffle précaire qui les maintient en vie. Et si comme après l’apocalypse, les Limiñanas étaient les derniers ? Des Mad Max des temps nouveaux, guerrière et guerrier. Ouverture et Le premier jour, comme le symbole de cette destruction créatrice. Leur musique sur cet album se déroule telle l’autoroute sans fin d’un rock extatique, avec paroles, mais sans réelle désir de l’inscrire dans les espaces codés du songwriting. D’où cette permanence...
    Lire
  • Rétrospective ?

    par Adehoum Arbane le 09.01.2018 Au "c’était mieux avant", bêtement remisé par les thuriféraires de la modernité, préférons l’image d’un passé pop en forme de corne d’abondance dont on n’aurait pas fini d’explorer les moindres recoins. Non que notre époque ne soit pas digne d’intérêt, musicalement parlant, mais il semblerait que les trois âges d’or – 60s, 70s, 80s – de la pop nous réservent encore quelque surprise. Ainsi, on aura donc attendu 2017 pour découvrir des disques, connus ou non, parfois approchés ou pas, et dont l’écoute intégrale relève de la révélation mystique. Certains ont réapparu par l’entremise de la réédition quand d’autres ont été tout bonnement… 
    Lire
Top