Shebam de Alice Cooper à Zappa


  • MGMT, pop art

    par Adehoum Arbane le 29.11.2022 MGMT, quinze ans de carrière, seulement cinq albums dont un ratage (MGMT sorti en 2013) et ce live. Mais pas n’importe quel live. Un concert événement, enregistré au Guggenheim de New-York à l’occasion d’une exposition de l’artiste contemporain Maurizio Cattelan intitulée “ALL”. Nous allons y revenir. Cela peut sembler un détail, mais MGMT n’est pas tout à fait un groupe, c’est un duo qui s’entoure de musiciens de studio, quand il ne fait pas tout lui-même. Comprendre, il ne fait rien comme les autres (graver une première œuvre bourrée de tubes et ne pas réitérer l’exploit par exemple).
    Lire
  • 10CC et 7 CS

    par Adehoum Arbane le 22.11.2022 Les années 70 ne sont pas celles du cynisme comme on le croit. À minima celles de la désillusion. Mais en restant sous ces bornes-là, nous semblons loin du compte. Qu’il s’agisse du progressif, du glam – même si les intentions étaient louables –, du hard rock (anglais comme américain avec les shows de Kiss) ou du soft rock – on ne parle même pas de la déferlante disco –, l’argent qui coulait à flot, tout comme les drogues d’ailleurs, a pu laisser penser que seule les intérêts commerciaux primaient. Mais on oublie parfois, souvent même, que les seventies pop furent une décennie généreuse, parfois tendre entre les lignes... 
    Lire
  • La Californiiiiiiiie

    par Adehoum Arbane le 15.11.2022 Le folkeux anglais est un arbre. Solidement enraciné dans la terre d’Albion. La position insulaire n’arrange rien. Le folkeux est définitivement sédentaire. Ce qui ne l’empêche pas de regarder au loin ; ce dernier voyage par procuration. Il se sert du temps dont il gravit l’échelle au gré de ses désirs. Les récits anciens sont sa propre carte et sa guitare, une sorte de compas. Mais il arrive parfois, exceptionnellement certes, que cette figure ombrageuse de la tradition fasse fi de la sacro-sainte règle et parte, valises en mains. Bert Jansch est de ceux-là qui osèrent provisoirement tout quitter pour aller trouver...
    Lire
  • Magma et Kãrtëhl ?

    par Adehoum Arbane le 08.11.2022 On a souvent cantonné Magma dans le rôle d’oiseau de mauvais augure. Dès son premier album sorti en 1970, le tableau est posé : une griffe d’aigle saisit une pleine poignée d’humains, préfigurant sans le savoir l’affiche du film Soleil vert. Si l’on ajoute à cette vision apocalyptique les influences qui se préciseront au fil des albums, Bartók, Stravinsky, Orff, l’affaire est jugée. Magma égale Cassandre. Et pourtant, c’était oublier les trois piliers inspirationnels qui ont nourri et guidé Christian Vander depuis le début : le jazz de Coltrane – c’est-à-dire la liberté absolue et la spiritualité -, les chants d'Europe de l'Est et la soul... 
    Lire
  • Les nuits de la pleine lune rose

    par Adehoum Arbane le 01.11.2022

    La France a bien souvent du mal avec les traditions anglo-saxonnes, notamment les fêtes, surtout quand celles-ci se retrouvent phagocytées par des intérêts mercantiles devenus bien trop visibles avec le temps. Halloween fait évidemment partie de ces rendez-vous qui s’accordent fort peu avec nos usages et pourtant, cette émanation de la Toussaint – la fête des morts – devrait être l’occasion de troquer le sac de bonbons contre l’écoute d’un disque, pour rester dans l’ambiance. Et cet album, c’est Pink Moon de Nick Drake. Dernier effort si l’on ose dire de son auteur...

     

    Lire
  • All roads lead to Them

    par Adehoum Arbane le 25.10.2022 Tout a été dit, selon l’éternelle et indépassable formule, au sujet d’Elton John. La pop star est suffisamment massive pour avoir fait l’objet d’une étude approfondie, tous médias confondus. Livres, documentaires, film de fiction, il n’est plus possible d’ignorer la plus petite anecdote, révélation sur son incroyable destin. Idem pour Van Morrison même si son parcours parait moins « bigger than life » que celui de John. De Van the Man on ne retiendra pas seulement le caractère acrimonieux mais aussi l’autre grand pourvoyeur de classiques ; ne serait-ce que Gloria, composé pour les Them, a su s’imposer parmi le petit peloton...
    Lire
  • Jamais sans ma jam

    par Adehoum Arbane le 18.10.2022 L’opposition entre pop et rock n’a rien de théorique. Quand la pop se définit par la notion de format – la chanson de deux minutes trente –, le rock tente de s’en affranchir. Cette lecture a d’ailleurs souvent cantonné la pop dans le registre enfantin – les Beach Boys –, laissant le rock et son champ d’expérimentations au monde adulte ; le rock c’est du sérieux. La Folk sut aussi se distinguer de la pop éphémère et futile, parfois produit consommable prêt à jeter, par sa dimension épique, et ce bien avant l’avènement du progressif. Mais refermons cette parenthèse pour en ouvrir une autre, du moins pour explorer un aspect constitutif de l'expérience rock...
    Lire
  • The Soft Parade, loukoum together ?

    par Adehoum Arbane le 11.10.2022 On a beau jeu de dire que « The Soft Parade » est l’album qui précipita la carrière des Doors. Sans doute « Waiting For The Sun » lui avait un peu préparé le terrain. Enfin, peut-on du moins affirmer sans subir les foudres des fans que « The Soft Parade » s’avère un disque coincé. Coincé entre deux périodes, les années 67-68 qui voient leurs deux premiers opus les imposer d’emblée au panthéon du nouveau rock et les années 70-71 qui marqueront un recentrage autour du blues, avec comme bouquet final le parfait « L.A. Woman ». Coincé également entre deux formules...
    Lire
  • The Doors, I’m the Billboard Man !

    par Adehoum Arbane le 04.10.2022 La sagesse du poète californien voudrait que l’on suive son injonction et que l’on aille "au-delà" de nos préjugés, y compris les plus stupidement ancrés. La détestation dont les Doors font preuve, parait tellement injuste, infondée, ignorante de leur importance qu’il convient aujourd’hui de revenir sur leur cas. Et plus précisément sur celui de leur premier album, sobrement intitulé « The Doors ». Évacuons d’emblée cette question, non pas embarrassante, mais finalement futile au regard du reste : Jim Morrison était-il un authentique poète ou un clown, un pitre hollywoodien ? N’oublions pas que...
    Lire
  • Mazouni et l’Atlas de la pop

    par Adehoum Arbane le 27.09.2022 Tous les chemins mènent à Rome. Peu importe lequel pourvu qu’on ait l’ivresse de la découverte. Le Voyage ! Qui possède un caractère initiatique, un pouvoir révélateur. Ne dit-on pas qu’il forme la jeunesse ? En cela, il représente un passage, un rite, un bref moment où le corps et l’âme apprennent, grandissent, s’émancipent. Il y a le voyage au sens physique, géographique. De l’Odyssée d’Ulysse à celui qui se fait en taillant la route par tous les moyens, comme chez Kerouac, jusqu’au pèlerinage où l’on se rend dans un lieu tenu pour sacré. Il existe aussi de ces périples immatériels en apparence, presque invisibles...
    Lire
  • La musique, Machine arrière ?

    par Adehoum Arbane le 20.09.2022 L’apnée n’est pas seulement recommandée pour les grands fonds marins mais aussi pour les œuvres discographiques d’apparence impénétrables. À l’évidence, « Soft Machine, Facelift : France and Holland » en fait partie avec ses deux CD, ses deux DVD (convertis en plages sonores). Cette généreuse rétrospective rejoue à l’infini la setlist de « Third », alors que le groupe n’a pas encore commencé son enregistrement. Et pourtant tout est là, en place, presque monolithique. Car en cette période la musique de Soft s’avère, et malgré la section de cuivres réduite qui l’accompagne (sont présents Elton Dean... 
    Lire
  • Al Kooper, full on the hill

    par Adehoum Arbane le 13.09.2022 « Nous vivons la fin de ce qui pouvait apparaître comme une abondance et la fin, pour qui en avait, d’une forme d’insouciance ». Sans jeter un froid ou ajouter un commentaire à la litanie des réactions convenues, la fin de l’abondance et de l’insouciance arriva avec les premiers punks qui donnèrent au mot "urgence" sa forme critique définitive, quoiqu’un peu grotesque. Lorsque l’on songe aujourd’hui au délai qui sépare un album d’un autre, cette idée d’urgence a de quoi faire sourire. Si l’on voulait être plus précis, nous dirions qu’en matière de pop, l’abondance fut un crédo, quant à l'incousiance...
    Lire
  • Please Please (for) me !

    par Adehoum Arbane le 06.09.2022 On aurait tort de penser que la drogue est la drogue et qu’il en est de même pour le psychédélisme. D’où qu’il vienne, d’ailleurs. Il existe plusieurs versions du genre, si l’on décide de se cantonner aux sixties. Aux USA, l’alliance objective entre folk et blues au service d’une vision plus lysergique a donné naissance, notamment, à l’Acid Rock qui fit les beaux jours de la Californie, du Nord comme du Sud. En Angleterre, le psychédélisme ne quitte que rarement les territoires de la pop avec de jolis succès, et parfois dans des registres différents : spatial avec le Floyd, acidulé avec Traffic, guitaristique avec Tomorrow, orientalisant avec l’ISB.
    Lire
  • Matia Bazar, on tour

    par Adehoum Arbane le 19.07.2022 Paradoxe d’entre les paradoxes, plus l’Homme accomplit des pas de géants sur la route infinie du Progrès, plus il se sédentarise. Alors que nos ancêtres ont parcouru le monde par voies terrestres, à pied, à cheval, puis par les voies maritimes, bravant mille dangers. Même la conquête de l’Espace ne suscite plus autant d’enthousiasme qu’en 1969. Aujourd’hui, nous contentons-nous d’envoyer des sondes, drones et autres robots pour arpenter des planètes inhospitalières, voire inconnues, bien souvent les deux. Cet état physique presque végétatif n’empêche pas notre esprit de voyager...
    Lire
  • Le Fairport des seventies : fun House ?

    par Adehoum Arbane le 12.07.2022 La publication de Full House, cinquième album de Fairport Convention, en juillet 1970 fait largement écho à cette idée bien anglaise du « Moment in Time ». C’est l’instant présent, suspendu, fixé, concentré sur un événement, un souvenir, quelque chose que l’on apprécie et dont on voudrait, en vain, prolonger la magie. Heureuse ou mélancolique, cette philosophie de la vie renvoie à une autre expression familière, le fameux « carpe diem » dont on se souvient qu’il fut clamé tel un slogan poétique dans « Le cercle des Poètes Disparus » de Peter Weir. À dire vrai et pour en revenir à Fairport...
    Lire
  • Rocabois touche du bois

    par Adehoum Arbane le 05.07.2022 Pour les aficionados, les fans, les geeks, les nerds, les intellos, les exégètes, les audiophiles jusqu’aux critiques eux-mêmes, la pop serait au fond la musique de l’intime. Pour se faire à cette idée, imaginez Carole King s’installant devant son piano pour écrire, jouer et enregistrer les chansons de son succès, « Tapestry ». Mais la pop c’est aussi le grandiose, le gigantisme, la démesure, ce que l’on pourrait appeler le champ des possibles, vaste par définition. Pensez à Macca, des Beatles aux Wings, à Elton John, Todd Rundgren, ELO, 10CC… De l’intime au grandiose, Rocabois a franchi ce pas et cela, il touche...
    Lire
  • 4 Way Street, rue ou boulevard ?

    par Adehoum Arbane le 28.06.2022 De 2500 à 3875 et jusqu’à 17500 places, l’écart semble énorme. Ce serait l’équivalent de la Philharmonie pour la plus petite, d’un Zénith revu à la baisse et enfin d’un presque Palais Omnisport de Paris-Bercy. Ce sont des salles, surtout la dernière, où se produisent les mastodontes rock internationaux. Les shows sont bien souvent à la hauteur des moyens techniques mis en œuvre. Crosby, Stills, Nash et Young ont joué durant l’été 70 une série de concerts mémorables dans des Philharmonie, Zénith et Paris-Bercy américains. Normal, ils étaient d’immenses stars. Un super groupe...
    Lire
  • A Whiter Chaire of Pale

    par Adehoum Arbane le 21.06.2022 De toutes les institutions de la Monarchie – devenue "républicaine" avec Hugo, encore et toujours Hugo – l’Académie Française est de la loin la plus intimidante. Depuis sa création, hommes et femmes se succèdent, chacun venant s’assoir, rite immuable et solennel, dans le fauteuil laissé vacant par un mort. Et puis ce qualificatif d’immortel, comme un pied de nez à notre nature provisoire. Récemment, c’est l’écrivain François Sureau qui a pris la place de Max Gallo. Comme il est de coutume, son discours d’intronisation rendit un vibrant hommage au prédécesseur disparu. Dans ce texte-épopée souffle une puissance... 
    Lire
  • Let It Beat ?

    par Adehoum Arbane le 14.06.2022 Les clivages ont la vie dure ! Surtout ceux de l’ancien monde. Et on ne parle pas ici de politique mais bien de musique. Là encore, on ne nourrira pas le débat sans fin entre rap et rock, entre années 2020 et 60-70, entre prog et punk, entre Beatles et Stones. Toutes ces controverses ne valent rien en vérité si l’on ne considère pas la question bien plus large de l’océan de différences entre pop et rock. Entre sophistication et sauvagerie. Entre production léchée et captation brute. Entre bonbon de deux minutes trente et longue jam traversée d’électricité. Alors, on en revient à l’opposition Beatles-Stones. Alors que les Beatles des premiers âges...
    Lire
  • Dukes of Stratosphear, un beau Romand

    par Adehoum Arbane le 07.06.2022 Jean-Claude Romand n’est pas seulement connu du monde judiciaire. L’affaire qui porte son nom a franchi les frontières de la culture populaire. Pour mémoire, pendant dix-huit longues années, Romand aura menti à ses proches, se faisant passer pour un médecin. Alors qu’il arrive au bout de son mensonge, privé de ressources financières et suspecté par sa femme, celui-ci finit par la tuer, elle, leurs enfants et ses parents. Voilà. Le but n’était pas de plomber l’ambiance mais bien de démontrer qu’une entreprise de travestissement de la vérité n’est pas réservée qu’aux criminels.
    Lire
  • Un faussaire de psychédélisme

    par Adehoum Arbane le 31.05.2022 Ceslaw Bojarski. Ce nom ne vous dira rien surtout si vous vous cantonnez à la culture pop. Ce réfugié polonais installé en France pendant la guerre, ingénieur de son état, a été à l’origine de l’une des plus incroyables affaires de faux-monnayage. Inventeur de génie, il parvient à créer des billets que même les caissiers les plus scrutateurs de la Banque de France peinent à différencier des vrais. Bien évidemment et comme dans toutes les affaires de ce type, l’homme tombera par négligence. En effet, à ces débuts et pendant de nombreuses années, Bojarski travaille seul et dans le plus grand secret, alors qu'il est marié et père de famille.
    Lire
  • VdGG, the silent corner & the plenty stage

    par Adehoum Arbane le 23.05.2022 À la recherche du temps perdu. Il y avait quelque chose de proustien ce soir du 27 avril où le mythique groupe prog Van der Graaf Generator retrouvait la scène parisienne. Il suffisait d’abord de regarder autour de soi, de percevoir derrière chaque visage fané le regard lumineux d’un jeune homme ou d’une jeune fille vivant la même expérience qu’en ces années mythiques, soit 1970-71-75 et 76. Le temps retrouvé donc, ce soir-là, a été l’occasion d’un petit miracle – découvrir un nom légendaire non plus sur disque mais en chair et en os, enfin ce qu’il en reste – et d’une méditation philosophique.
    Lire
  • Steppenwolf, cœur de loup

    par Adehoum Arbane le 17.05.2022 Les arguments d’autorité à propos du Masculinisme peinent à masquer une réalité, pour le coup navrante : l’Homme de 2022 n’est plus celui de 1969. Tant mieux répondront certains mais il n’en demeure pas moins que les figures aventureuses d’Easy Rider incarnées par Peter Fonda et Dennis Hooper, chevauchant leurs bolides de l’enfer, paraissent bien plus chevaleresques, nobles et séduisantes que des bobos droits et barbus sur leurs trottinettes électriques. Cette confrontation symbolique n’a sans doute que peu de valeur. Cependant, elle nous fait passer un message clair : toute une culture s’est ainsi progressivement effacée...
    Lire
  • D’avides vendettas

    par Adehoum Arbane le 10.05.2022 Les milléniaux rêvent de renverser la table du vieux système, de tout déconstruire, Histoire, Culture, statues, ordre économique et social, jusqu’aux personnes, rien que cela. Mais force est de constater qu’à la lumière de cette entreprise en vérité impossible, le compte n’y est pas. En effet, en plus d’avoir grandi dans une société prospère qui les a couvée, qui leur a épargnés la guerre, les famines, nos rebelles en culottes courtes ont bien triste mine. Ils et elles sont bien souvent mal habillés, ils et elles écoutent une musique médiocre, ils et elles produisent des contenus ineptes sur leurs réseaux...
    Lire
  • Children of the Future

    par Adehoum Arbane le 03.05.2022 Vainqueur de la guerre de Sécession, élu le 3 novembre 1868 dix-huitième président des États-Unis d’Amérique, Ulysses Grant ordonne, avec les généraux Philip Sheridan et William Sherman, l’extermination du grand troupeau de bisons qui était alors la principale source de nourriture et de peaux pour les amérindiens des plaines. Et tout cela au nom de la marche du progrès et de la civilisation. On ne mesure que peu l’impact d’une telle décision,  pas tant sur la biodiversité dans toute sa plénitude, mais sur le cours même de l’Histoire de l’Amérique. Et plus particulièrement, et c’est assez remarquable...
    Lire
Top