Shebam de Alice Cooper à Zappa


  • Steppenwolf, cœur de loup

    par Adehoum Arbane le 17.05.2022 Les arguments d’autorité à propos du Masculinisme peinent à masquer une réalité, pour le coup navrante : l’Homme de 2022 n’est plus celui de 1969. Tant mieux répondront certains mais il n’en demeure pas moins que les figures aventureuses d’Easy Rider incarnées par Peter Fonda et Dennis Hooper, chevauchant leurs bolides de l’enfer, paraissent bien plus chevaleresques, nobles et séduisantes que des bobos droits et barbus sur leurs trottinettes électriques. Cette confrontation symbolique n’a sans doute que peu de valeur. Cependant, elle nous fait passer un message clair : toute une culture s’est ainsi progressivement effacée...
    Lire
  • D’avides vendettas

    par Adehoum Arbane le 10.05.2022 Les milléniaux rêvent de renverser la table du vieux système, de tout déconstruire, Histoire, Culture, statues, ordre économique et social, jusqu’aux personnes, rien que cela. Mais force est de constater qu’à la lumière de cette entreprise en vérité impossible, le compte n’y est pas. En effet, en plus d’avoir grandi dans une société prospère qui les a couvée, qui leur a épargnés la guerre, les famines, nos rebelles en culottes courtes ont bien triste mine. Ils et elles sont bien souvent mal habillés, ils et elles écoutent une musique médiocre, ils et elles produisent des contenus ineptes sur leurs réseaux...
    Lire
  • Children of the Future

    par Adehoum Arbane le 03.05.2022 Vainqueur de la guerre de Sécession, élu le 3 novembre 1868 dix-huitième président des États-Unis d’Amérique, Ulysses Grant ordonne, avec les généraux Philip Sheridan et William Sherman, l’extermination du grand troupeau de bisons qui était alors la principale source de nourriture et de peaux pour les amérindiens des plaines. Et tout cela au nom de la marche du progrès et de la civilisation. On ne mesure que peu l’impact d’une telle décision,  pas tant sur la biodiversité dans toute sa plénitude, mais sur le cours même de l’Histoire de l’Amérique. Et plus particulièrement, et c’est assez remarquable...
    Lire
  • Janis, celle qui voulait devenir Aretha

    par Adehoum Arbane le 26.04.2022 Changer de corps, d’être, devenir un autre… Cette réalité jadis reléguée aux récits fantastiques – le mythe du vampire ou du loup-garou – ou de science-fiction – les œuvres de Ray Bradbury et de Philip K. Dick – est devenue entre-temps une réalité, une option possible et presque – nous n’y sommes pas encore – un droit. C’est l’éternel question de l’identité ou, plus précisément, de la quête de soi, démarche intérieure au combien philosophique mais qui s’est aussi exprimée, et parfois avec force, dans le monde des Arts. Souvenez-vous de George Sand. 
    Lire
  • Ozark etc…

    par Adehoum Arbane le 19.04.2022 Souvenons-nous de la fameuse plaisanterie, d’un goût fort douteux il est vrai, mais pleine de vérité. Savez-vous ce que dit un rasta redevenu clean ? « C’est quoi cette musique de merde ? » Désopilant, n’est-il pas ! Il est de bon temps d’appliquer le même dédain à l’endroit de la musique Country. Car le stetson, les santiags et la danse sont à la country ce que les cheveux sales, le sarouel et le manque de discernement sont au reggae : des clichés. D’autant qu’il existe différentes formes de musiques Country de telle sorte que l’amateur, ainsi guidé, pourra se faire un avis, se bâtir une conviction.
    Lire
  • Love and confusion

    par Adehoum Arbane le 12.04.2022 Siècle après siècle, l’obsession des artistes fut d’être absolument de leur temps. De sentir, de restituer voire, parfois même, de précéder les révolutions. En résumé, en 67, il fallait être baba. En 1970, il fallait être bruitiste. Jouer fort. Électriser les stades. Pourquoi ? Parce que l’époque était elle-même électrique, l’orage grondait chaque mois de chaque année. 69 venait de tirer le rideau de son commerce communautaire, l’heure était à l’individualisme, la peur, la dureté. Souvenez-vous de la chanson de Maxime Le Forestier, de sa maison bleue dont on avait perdu la clé. Scoop, celle-ci avait été retrouvée dès le premier jour...
    Lire
  • Aux enfants de la chance

    par Adehoum Arbane le 05.04.2022 Pour celles et ceux qui vivent pour la toute première fois l’expérience parentale, il est un rituel initiatique tout à fait délicieux : celui de la découverte musicale. Étape qui bien souvent devient « casse-gueule » quand les parents hésitent entre livres sonores, artistes publiés par des labels dédiés ou de véritables œuvres pop. Et dans ce dernier cas, la question se pose : par où commencer et avec qui ? Le principe de l’apprentissage, fut-il pop, ne relevant pas de l’injonction brutale, les parents souhaitent, et c’est bien légitime, procéder par étapes, choisir les artistes et groupes qui plairont au jeune enfant, voire au bébé...
    Lire
  • O comme Odetta

    par Adehoum Arbane le 29.03.2022 La musique Folk paraît enkystée dans la tradition, or il n’en est rien. Elle fut même le véhicule de nombreuses révolutions avec ses courants multiples, ses interprètes audacieux. Ce que l’on imagine moins, c’est qu’elle fut aussi un creuset, pas tant pour l’égalité, mais pour l’émancipation avec ses grandes figures, et dieu sait que l’emploi de ce mot de genre féminin n’est pas anodin. Tout dans le parcours d’Odetta Felious, née Odetta Holmes, prouve qu’elle ne fut jamais la femme invisible qu’aurait pu imaginer H.G. Wells s’il avait rencontré, grâce à sa machine à remonter le temps, quelque ambassadrice du néo-féminisme...
    Lire
  • Mad Moselle Hillbilie

    par Adehoum Arbane le 22.03.2022 La France a toujours nourri un complexe s’agissant du rock ou de la pop. Une forme d’illégitimité, arbitrairement actée. En cause ? La langue française qui ne se prêterait guère à l’écriture pop. Certains exemples ne déméritèrent pourtant pas, faisant parfois mentir la remarque narquoise de John Lennon sur le rock français et le vin anglais. D’autres ont louvoyé comme Gainsbourg qui fut sans l’inventeur de la punchline. Ce dernier croyait, pas tant aux vertus du langage, mais à celles de la liberté formelle et de la créativité totale, en témoigne la récurrence des anglicismes. Il faut aussi dire qu’une certaine prétention bien nationale...
    Lire
  • Jethro Tull, c’était…

    par Adehoum Arbane le 15.03.2022 Rock à la "papa". Tout comme le jazz. La remarque, acerbe, a de quoi exaspérer. Elle ne désigne pas seulement une vision condescendante de ce que l’on appelle aujourd’hui, non sans snobisme d’ailleurs, Classic Rock, comme pour la conjurer. Ce serait aussi, si l’on veut, une expression tendre pour qualifier les pionniers du rock fifties, bien avant les Chuck Berry, Bo Diddley, Little Richard et autre Buddy Holly qui étaient déjà des modernes. On parle bien des Platters et de Bill Haley pour ne citer qu’eux. Avec le temps, celle-ci s’est transmise et pourrait encore aujourd’hui trouver une ultime incarnation dans la remise en cause brutale...
    Lire
  • Jethro Tull, pour qui Anderson le glas ?

    par Adehoum Arbane le 08.03.2022 Vieillir dans les sociétés modernes est l’un des sujets qui revient le plus. De la dépendance à la fin de vie, en passant par la retraite et même, pour certain, le travail, pudiquement appelé par nos techno « maintien dans l’emploi », il y a de quoi palabrer, croyez-le ! Ce dernier aspect, des plus cruels, touche de près le monde du rock que l’on aurait pu croire épargné, à tort. Pas tant parce que certaines voix s’élèvent régulièrement pour annoncer avec fracas la "mort du rock". Rien que cela. Or ce dernier est malgré tout bel et bien vivant, qu'il se perpétue grâce aux nouvelles générations...
    Lire
  • Esprit es-tu là ?

    par Adehoum Arbane le 01.03.2022 Les sixties agonisantes. Voilà le tableau qui est planté en cette fin de décennie. Tout n’est alors que luxure, napalm et électricité. Cette dernière n’est pas seulement dans les amplis mais dans l’air. Les derniers mois de 69 roulent déjà de gros nuages gris. La guerre est encore et toujours là, les grandes figures sont tombées comme des mouches, très vite suivies par Captain America et Willy, les deux motards libertaires de Easy Rider. Violence et folie grondent. Comme un sentiment de confusion, une impression de chaos. D’ordinaire on parlerait d’esprit fin de siècle, de décadence, souvent morale, mais ceci serait sans doute une paresse...
    Lire
  • Courtney Barnett, chansons chaussons

    par Adehoum Arbane le 22.02.2022 Monde d’après versus monde d’avant. Ce match qui tarde à s’achever ne nous dit pas encore qui a triomphé. Pire, on en vient à se demander si le monde d’avant n’était pas préférable. Du moins rassurant. Ce monde que nous connaissions parfaitement et qui surtout nous acceptait, sans trop nous emmerder par ailleurs, était notre zone de confort, un périmètre connu dans lequel les innovations pouvaient arriver, parce que ces dernières n’apparaissaient jamais comme une totale et profonde remise en question de nos acquis. Le monde d’avant-hier, comme on serait tenté de dire, n’était peut-être...
    Lire
  • Billy Joel, one solo !

    par Adehoum Arbane le 15.02.2022 Avez-vous entendu parler du syndrome Marvel ? Inutile d’aller consulter les oracles du Web, ils ne vous diront rien. Lisez plutôt ceci, et jusqu’au bout s’il vous plait. Premièrement, ce syndrome n’affecte la franchise que lorsque cette dernière est portée à l’écran. En fait, ce syndrome concerne tout un pan du cinéma dit commercial, ce qu’il est coutume d’appeler les Blockbusters. Dans ces films répondant sans exception à un cahier des charges aussi précis que rempli, l’argent consciencieusement dépensé se voit dans chaque plan, chaque cadrage, chaque effet. Le spectateur en est témoin, tout y rutilant !
    Lire
  • High Tide, la marée monte

    par Adehoum Arbane le 08.02.2022 Led Zep, des fillettes. Black Sabbath, des boy-scouts. Deep Purple, de la musique de chambre. Et de l’autre côté de l’Atlantique, pas mieux. Les Stooges, MC5, des jukebox à bluettes. Ainsi, le rock n’aura été qu’une longue surenchère de décibels, une course au bruit et à la déglingue. Ce fut à qui pousserait toujours plus loin les vumètres de l’inaudible. Vous me direz que dans cet exercice risqué, voire périlleux en matière d’adhésion et de popularité, le Velvet resta longtemps un maître indépassable. Sister Ray en témoigne encore. Qui aurait envie d’écouter ça en rentrant du travail ? C'est une fois de plus en Angleterre...
    Lire
  • Dwight is Dwight

    par Adehoum Arbane le 01.02.2022 C’est l’histoire d’un musicien au talent prometteur qui se cherchait un nom afin de briller et de s’accomplir. Cet auteur-compositeur s’appelle Elton John et il a su se réinventer en devenant pour l’éternité Reginald Dwight. Ne voyez pas dans cette curieuse introduction au doux parfum d’hagiographie une folie, voire une méconnaissance des faits réels. Lorsque l’on se penche sur la pléthorique carrière du singer-songwriter à lunettes et que l’on observe avec un vif intérêt ses trente et un albums au compteur, on essaie de prendre du recul et de reconsidérer certains acquis. Si l’on se limite à sa production des seventies...
    Lire
  • Return of the Dead

    par Adehoum Arbane le 25.01.2022 Actif trois décennies durant, le Grateful Dead dépasse de loin tous les phénomènes liés à la pop culture, transformant un groupe conjoncturel en communauté structurelle. Le Dead n’a pas seulement été précurseur d’un genre, le psychédélisme, mais un novateur dans le sens où ses musiciens ont constamment cherché à reproduire sur disque l’énergie, l’authenticité, la connexion avec le public et la force d’improvisation live ; tendance à rebours des autres groupes, faut-il le rappeler. Cette ambition, associée aux progrès enregistrés – c’est le cas de dire – en termes de gravure et de production sonores, a été l’une des marques...
    Lire
  • Eagles High chéris

    par Adehoum Arbane le 18.01.2022 Alors que la célèbre saga de Frank Herbert se voit à nouveau adaptée au cinéma, un débat qui a tout de la bataille homérique, s’engage. Le Dune chromé et lisse de Villeneuve ou celui plus organique, rêveur et profond de Lynch ? Serez-vous dans le camp des « faiseurs » ou dans celui des « penseurs ». Avouez que la question mérite son développement surtout quand elle se pose à l’aune de la pop culture et d’un groupe qui aura, très paradoxalement, fait couler beaucoup d’encres. Ce groupe, dont la formation aura par ailleurs évolué avec les années, ce sont les Eagles. Rien que le nom vaut excommunication. Pour la majorité...
    Lire
  • 2021 : Tip Top ?

    par Adehoum Arbane le 04.01.2022

    Mes chers compatriotes, il est temps de dresser un bilan, non pas quinquennal mais annuel – c’est déjà ça –, de l’Industrie du Disque, tant du côté des Majors que des Labels Indépendants. Ce bilan ne se veut pas comptable même si la production fut riche de nombreuses sorties ! Il s’agit du fameux Top 2021. Cet exercice incontournable, parfois lassant, doit être malgré tout considéré comme un point d’étape dans la longue Histoire de la pop dont la diffusion de « Get Back Sessions » de Peter Jackson nous rappelle qu’il y eut un âge d’or aussi prolifique qu’incroyable. Comme il est de tradition par ici...


    Lire
  • Killer Generator

    par Adehoum Arbane le 14.12.2021 Il a hanté nos étés. Et ce depuis la fatidique année 1975. Il ? Spielberg et surtout son requin tueur, un grand blanc aux dimensions irréelles ; il fallait bien ça pour marquer durablement les rétines et les esprits. On ne parlera même pas de la musique grave et cisaillante de John Williams, déjà lui. Ainsi, pendant quelque temps, il sera tout bonnement impossible de tremper ne fut-ce qu’un doigt de pied dans l’eau sans songer mécaniquement au Carcharodon carcharias. La baignade comme grand frisson ultime. L’immensité bleue et opaque de l’océan où l’on ne voit jamais ce qui vient par-dessous, des profondeurs que l'on jugerait...
    Lire
  • Renaissance de l’Embryon

    par Adehoum Arbane le 07.12.2021 Un groupe pop peut-il continuer à avancer sur le chemin de la vie musicale sans l’un de ses membres fondateurs ? Les Beatles auraient-ils été les Beatles s’ils avaient poursuivi l’aventure, certes interrompues, après la mort de Lennon ? Le constat est d’autant plus implacable s’agissant de ces formations, jadis mythiques, ayant décidé de se reformer avec un ou deux remplaçants comme le prouve le cas tout récent de Deep Purple. Le seul groupe à être parvenu à réaliser ce périlleux exercice, demeure Pink Floyd qui sortit « Division Bell » sans Roger Waters. Certes, ce dernier Lp ne compte pas parmi...
    Lire
  • Sticky Fingers, le doigt dans l’engrenage ?

    par Adehoum Arbane le 30.11.2021 Nous qui sommes des enfants de la télé, nous nous souvenons tous de ce riff de guitare horloger, déroulé en une boucle entêtante, et de cette spirale sur fond d’espace laissant entrevoir un logo : The Twilight Zone. En fait, il y eut plusieurs génériques et autant d’animations, d’effets, de tableaux toujours saisissants. Pourquoi cette allusion télévisuelle ? Pourquoi évoquer l’un des symboles les plus iconiques de notre pop culture ? Pour en invoquer un autre, relativement différent dans l’univers propre qui est le sien : les Rolling Stones. Vous me direz, une spirale qui tourne et des pierres qui roulent...
    Lire
  • Lindisfarne, Fog on the Folk ?

    par Adehoum Arbane le 23.11.2021 Le terme folk – on ne sait plus s’il doit être employé au féminin ou au masculin – est devenu une tarte à la crème. Musique folk ou simple chanson de singer-songwriter, le débat semble sans fin, chacun – fans, critiques, experts de salon – fourbissant ses arguments, souvent à raison d’ailleurs. Car personne ne se trompe. Fairport ou Lindisfarne, tout cela n’est que de la musique d’auteur utilisant les codes folk (tradition, récit, instrumentarium) pour raconter leurs petites histoires personnelles. Les "folk singers" en parangons de vertu ? Et si on ajoute que loin des boursouflures prog, ces chanteurs de l’âme jouent...
    Lire
  • Dans le Generator

    par Adehoum Arbane le 16.11.2021 Le diable est dans le détail. Toujours. La pop n’y échappe guère qui s’est bien souvent perdue en querelles et débats sans fin. Un parmi tant d’autres : les premiers albums de groupes. Mais pas n’importe lesquels : les premiers albums de groupes dont la formation n’est ni stabilisée, encore moins définitive. Et pour corser la chose, arrêtons-nous au genre progressif. Dieu sait à ce propos qu’un groupe fit brillamment exception à ladite thèse : King Crimson. S’il a vu son contingent et sa dimension changer au cours des années, le Crimso aura livré un premier témoignage incroyablement saisissant...
    Lire
  • Le swinging Canterbury

    par Adehoum Arbane le 09.11.2021 Swinging London. L’expression, devenue mythique, a désormais valeur de slogan. De promesse. Entre 1966 et 1968, Londres connait un regain de vitalité, c’est un euphémisme. En cette moitié des sixties, la société anglaise est en pleine effervescence ! Mode et musique sont les porte-drapeaux de cette révolution pop, colorée, hédoniste et insouciante. Des nouveaux noms s’imposent : les Beatles et les Stones en première division, suivis par les Kinks, les Who, les Pretty Things, Small Faces et bien d’autres. Même si la conjoncture économique fait grise mise, avec son lot de dévaluations, la renaissance culturelle...
    Lire
Top