Shebam de Alice Cooper à Zappa


  • Glory Cooper

    par Adehoum Arbane le 20.04.2021 Mes bien chers frères, en cette période de célébration pascale, la foi chrétienne nous questionne. Au sujet de la Passion et de son corolaire spirituel, la résurrection. Jésus est mort puis a ressuscité le troisième jour, conformément aux écritures. Il s’agit à n’en point douter de la fête la plus importante de la liturgie catholique, avec la nativité bien sûr. Parce que le trépas du roi des rois, du fils de Dieu, est fondé sur un contrat sacrificiel : laver les péchés du monde. Jésus est mort pour nous sauver comme le veut la formule consacrée. Et le rock dans tout ça, me direz-vous. Il n'est jamais bien loin. Oh, nous n'évoquerons pas...
    Lire
  • Poplitiquement correct ?

    par Adehoum Arbane le 13.04.2021 De la célèbre déclaration de Lennon au sujet de la popularité des Beatles, supposée plus grande que celle de Jésus et qui valut au groupe les foudres des ligues chrétiennes américaines, aux pitreries punks, le rock se fit un malin plaisir à constamment bousculer l’establishment. Qu’on qualifie ce dernier de politiquement correct ou de conservateur, cette réalité ne date pas d’hier et domina l’Occident. C’est d’abord le puritanisme états-unien avec le fameux Code qui fit trembler le tout Hollywood. C’est encore Elvis « The Pelvis » Presley et son fameux déhanché dont les remous moraux ne cesseront de prodiguer...
    Lire
  • ELO, bad taste

    par Adehoum Arbane le 06.04.2021 Quelle est la raison, snobisme mis à part, du décrochage de la critique à l’endroit de Queen ? Sans doute son tourbillonnant appétit musical qui aura conduit le groupe dans bien des directions, trop disparates pour affirmer une cohérence. ELO aura assumé une seule voie, un unique parti-pris : le mauvais goût. Rien que le mauvais goût. Inclination envisagée de manière totale, contenu et contenant. Chez ELO, il n’est pas un centimètre carré de gomme (celle du disque), de carton qui ne soit fondamentalement et furieusement outrancier. On objectera que c’était ainsi durant les seventies, qu’après les douceurs acidulées du psychédélisme...
    Lire
  • En France, le rock aboie ?

    par Adehoum Arbane le 30.03.2021

    Se méfier des dénominations trompeuses, des formules par trop réductrices. Fuir comme la peste les injonctions (fussent-elles séduisantes), les promesses (souvent fausses), les pre-rolls (en général putassiers). Et pourtant, ce nom-là, même s’il nous semble familier, pourrait nous induire en erreur. Rocabois. Rock à bois. Alors de la folk ? Comme nous l’avons dit, il ne faut pas s’arrêter à la première lecture, il faut aller au-delà. Franchir le Rubicon de l’appréhension. Olivier Rocabois est un vieux routard de la pop française chantée dans la langue de Lennon ; dans l’idée, une sorte de...


    Lire
  • Paul et l’enfance de l’Art

    par Adehoum Arbane le 23.03.2021 La pop, cet art juvénile par excellence. Faite par des enfants pour des enfants. Les fameux Flower Children, ceux de la vibrionnante Californie des 60s. À l’Est, c’est une autre histoire que des musiciens cérébraux entonnent. Un gang de rockeurs intellos, le Velvet Underground, fait de NYC son territoire littéraire et musical. Big Apple, c’est aussi ces quelques blocs entre Bleecker Street et MacDougal abritant la fine fleur de la folk music. Parmi ces espoirs acoustiques mais nés ailleurs, Paul Simon et Art Garfunkel. Ces deux-là étaient prédestinés à une certaine féérie. Mieux, ils allaient devenir les princes états-uniens de la pop folk...
    Lire
  • All the Falling Angels

    par Adehoum Arbane le 16.03.2021 Au diable le club des 27 ! Il n’y a jamais eu de malédiction autour d’un âge qui aurait été une sorte de triangle des Bermudes temporel pour les pop stars. De façon plus prosaïque, même si c’est enfoncer les portes de la perception toutes grandes ouvertes, il convient de rappeler à quel point le cocktail succès rapide, drogues en abondance et une certaine fragilité propre à la jeunesse des carrières, fut fatal. Brian Jones aura sans doute été l’une des premières stars de la pop à tomber au chant d’honneur, après Brian Epstein peut-être, même si ce dernier naviguait dans l'ombre des Beatles et n'aurait donc pu prétendre...
    Lire
  • MC5, kick out the gem ?

    par Adehoum Arbane le 09.03.2021 On le sait, l’adolescence est une épreuve. Et nourrit de potentiels traumas pour le moins irréversibles. Comment plaire aux filles quand on ne dépasse pas le mètre soixante-six (l’année de Revolver, pourtant), quand on n’est pas le capitaine de l’équipe de foot, ou plus modestement une baraque sculptée de muscles. Dur, dur d’être gringalet. Souvenez-vous de cette publicité pour un forfait téléphonique. Un pauvre hère dénommé Paul, ne pouvant répondre à l’invitation envoyée par deux jeunes beautés en scooter, lance, dans un cri de désespoir masquant à peine une voix de puceau mal dégrossi, cette réplique à jamais célèbre...
    Lire
  • Alan Hull, monsieur entre-deux

    par Adehoum Arbane le 02.03.2021 Ménager la chèvre et le chou. En le lisant, on constate à quel point ce célèbre proverbe relève de l’impasse. Dans tous les domaines, la chose se vérifie. Le dernier en date, au combien politique, n’échappe pas à la fatidique règle. Piocher un coup à droite, puis à gauche n’amène que déception, opposition et à la fin, rejet. En musique, la logique du consensus est la même, portant en elle les graines de la déconvenue. Rester dans sa zone de confort ou oser une sortie qui sera mal interprétée, parce qu’allant contre sa propre intégrité ? Et pourquoi ne pas se placer à égale distance des deux tendances ?
    Lire
  • L’incroyable Hull

    par Adehoum Arbane le 23.02.2021 New York n’est plus la ville qu’elle était et ce depuis le départ de son célèbre maire Rudy Giuliani. Avant d’être minée par la violence endémique, la Grosse Pomme était connue, voire reconnue, pour son esprit bohème incarné par Woody Allen et bien d’autres cinéastes, mais aussi, et sur le plan musical, par le Velvet d’un côté et Dylan de l’autre. Ça c’est pour le résumé, car Dylan est l’arbre gigantesque qui cache la forêt de folk singers écumant ce petit bloc que constituent Bleecker & MacDougall. Ce dernier donna d’ailleurs son nom à une chanson et un album de Fred Neil. Depuis, Bleecker Street est devenu... 
    Lire
  • Besnard Lakes, retour de flamme ?

    par Adehoum Arbane le 16.02.2021 C’est peu dire que la manière d’écouter de la musique a changé. Avec l’avènement du mp3 et des baladeurs, celle-ci s’est parée du détestable concept de mobilité, bien dans l’air du temps. Il fut un temps où elle s’écoutait dans une chambre, seul ou avec quelques compagnons d’aventure. Mais dans cette évocation, il manque quelque chose, un ingrédient essentiel à la mise en condition propre aux œuvres pop en trente-trois-tours. La drogue. Cette dernière n’a pas disparu des habitudes culturelles mais sa consommation a, elle aussi, suivi un autre chemin. Et s’est parée également du ridicule adjectif...
    Lire
  • The Beatles, the fabulous 54

    par Adehoum Arbane le 09.02.2021

    Comme pour l’Amérique et la Chine, la suprématie des Beatles est indiscutable. Ce n’est plus un élément subjectif, relevant du « j’aime/j’aime pas » mais un fait. Même l’équipe du fact checking de Libé s’est inclinée devant cette vérité : de 1962, année de sortie de leur premier single Love Me Do, à leur séparation en 1970, les Beatles ont régné en maîtres. Mieux, ils ont inventé en treize albums les canons de la pop moderne pour les décennies à venir. Deux rétrospectives bien connues des fans et des collectionneurs en attestent. Les doubles compilations The Beatles/1962-1966 et The Beatles/1967-1970...


    Lire
  • Grandaddy et Donald Slump

    par Adehoum Arbane le 02.02.2021 Au-delà du ricanement médiatique et des indignations en plastique, l’image du fameux « Jamiroquaï » pénétrant dans l’enceinte du Capitole restera à jamais dans les mémoires comme un point de bascule, un moment d’une infinie tristesse. Tristesse d’un pays que nous aimons (détester), scindé en deux camps irréconciliables. L’humeur maussade des USA, et c’est bien peu de le dire, a semble-t-il contaminé dans une pandémie d’inquiétude et d’angoisse le monde occidental, jusqu’aux plus petit recoin de la vieille Europe. Nous avons peur. Peur de nous perdre, nous et notre identité, peur d’un futur qui semble haïr le passé...
    Lire
  • Le rock est-il viriliste ?

    par Adehoum Arbane le 26.01.2021 Le rock est viriliste ? Vraiment ? Certes, les hommes y sont légion. Certes, la guitare électrique s’impose vite comme un symbole phallique. Certes, la violence n’est pas seulement sonore, comme en témoigne celle que Ike fit longtemps subir à Tina Tuner. Mais beaucoup de « certes » ne font pas les certitudes. L’époque aimant les raccourcis autant que les formules chocs, il convient de se poser un moment, à la manière douce, le rock étant largement coutumier du fait. En préambule, précisons à toutes fins utiles que la différence entre rock et pop, si elle existe bien, peut parfois paraître artificielle...
    Lire
  • Nektar, nec plus ultra allemand ?

    par Adehoum Arbane le 19.01.2021 On a parfois du mal à se représenter ce qui apparait ici, avec le temps et l’indispensable recul historique, comme une saine évidence. La place qu’occupe désormais Pink Floyd dans la Pop Culture ; par Pop Culture il faut entendre l’ensemble des domaines la définissant, cinéma, mode, BD – aux côtés des Star Wars, Indiana Jones, Marvel et DC Comics etc. Leurs quelques gros succès planétaires (Dark Side of the Moon, Wish You Were Here, The Wall) ne sont pas les seuls arguments qui tournent chez nous, critiques rock, professionnels ou amateurs. Pink Floyd incarne cette figure de proue...
    Lire
  • HP Lovecraft, Happy children ?

    par Adehoum Arbane le 12.01.2021 Il existe bien plus qu’une communauté d’intérêts entre Lovecraft l’écrivain, HP Lovecraft le groupe psychédélique et Michel Houellebecq. On ne présente plus Howard Philip Lovecraft, véritable maître de l’horreur dite cosmique (ou Cosmicisme), selon le genre qu’il inventa. H.P. Lovecraft, le groupe, emprunte au romancier son prestigieux patronyme et avec, tout un pan de son inspiration tourmentée. Les deux albums, sortis successivement en 1967 et 1968, mettent en musique certaines des plus célèbres nouvelles de l’auteur, comme The White Ship et At The Mountain of Madness. Quant à Houellebecq, on lui doit un court...
    Lire
  • À la mode, Rod ?

    par Adehoum Arbane le 05.01.2021 Pauvre joueur de mandoline à jamais tombé dans l’oubli. Car il existe bien deux Rod Stewart. Celui de Sailing et de Da Ya Think I'm Sexy, le plus connu. C’est le Rod de Atlantic Crossing, des succès planétaires mais aussi du Mainstream. Et le Rod adoré par les fans, celui des Faces, bien sûr, et de ses premiers essais en solo, entre 1969 et 1972. Non pas que cette période ne fut pas placée sous les feux croisés de la créativité et de la bonne fortune. N’oublions pas de préciser, avant d’aller plus loin, que Every Picture Tells A Story, puisqu'il s'agit de l'album du jour, fut numéro 1 des charts en Angleterre mais aussi aux États-Unis.
    Lire
  • Proggy & poppy, Oui !

    par Adehoum Arbane le 22.12.2020 La tentation de l’amalgame. Dans tous les domaines, de la pensée à la création, cette dernière sévit. Ainsi en est-il du Rock Progressif. Ces détracteurs n’aiment rien tant que mettre tous les groupes dans le même panier avec ce qu’il faut de mépris et de suffisance pour installer dans les esprits le poison d’une idée reçue. Celle d’une musique pompière, ampoulée, prétentieuse. Alors qu’il n’en est rien. S’il n’y avait ces longs développements instrumentaux, ces ruptures de rythme hardies, cette manière de faire progresser un morceau donc, le prog rock ne serait qu’un gigantesque puzzle de mélodies mémorables. Historiquement...
    Lire
  • Starship, étoile en déclin ?

    par Adehoum Arbane le 15.12.2020 La critique est aisée mais l’art est difficile. On ne se lasse pas de cette célèbre maxime du fond des temps et reprise par Beaumarchais. Cependant son actualité n’aura jamais été aussi réelle, et cruelle en défintive. Qui plus est quand on est un groupe de pop et que l’on court après le temps. Ainsi, on l’a oublié, mais le Jefferson Airplane aura bien traversé les décennies, sous différentes formes certes – Airplane, Starship mark I, II –, avec plus ou moins de succès et d’accomplissement artistique, faisant paradoxalement de ce groupe de hippies de San Francisco, l’un des plus gros vendeurs de disques aux États-Unis...
    Lire
  • Love & change

    par Adehoum Arbane le 08.12.2020 Dans son panthéon cinématographique personnel, Jean-Pierre Dionnet cite, entre autres, Mad Max, La course à la mort de l’an 2000 et Vanishing Point. Et d’ajouter : « Les compétitions de hot rods (…) sont aux sources de la mythologie américaine. Le message est simple : même après l’apocalypse, la course continue. » L’apocalyspe c’est l’explosion en plein vol de la formation d’Arthur Lee, Love, telle un bolide de l’enfer dans un chaos de pistons et un brouillard d’essence enflammé. Tout avait pourtant bien commencé. Premier groupe interracial. Patronyme universel à la limpidité publicitaire. Situation géographique idéale...
    Lire
  • The Saxophone Songs

    par Adehoum Arbane le 01.12.2020 Le saxo couinait, couinait et couinait, il couinait d’autant plus que le musicien se penchait sur lui. Le sax, cet instrument impérial, n’était pas que le prolongement du corps du jazzman, son double cuivré. Il était bien plus en vérité. Un instrument rock et pop. The Saxophone Song de Kate Bush nous le rappelle le 17 février 1978 bien que la chanson ait existé sous la forme d’une démo enregistrée par David Gilmour en juin 1975. À cette époque, c’est-à-dire au plus fort des seventies, le sax fait habilement le lien entre jazz et rock et c’est en Grande-Bretagne qu’il donne la pleine mesure de ses capacités. Du Keith Tippett Group à King Crimson...
    Lire
  • Just one Morby

    par Adehoum Arbane le 24.11.2020 Quel disque emporterait-on sur une île déserte ? Question rituelle qui nécessite courage et sacrifice. Inversons la proposition. Quelle île déserte emporterait-on dans un disque ? Tournée ainsi, celle-ci se pose. Surtout à Kevin Morby, musicien qui a toujours rapporté dans chacune de ses créations un bout d’asphalte appartenant à ces quelques villes qu’il aura mille fois foulé du pied. Harlem River était une ode à New York, Singing Saw et City Music à Los Angeles. Sur Sundowner, Morby a pris une décision : retourner à Kansas City, le berceau de ses origines, et d'y enregistrer ces dix  nouvelles chansons...
    Lire
  • Francesco Bianconi, splendeur abyssale

    par Adehoum Arbane le 17.11.2020

    L’esprit fin de siècle n’a jamais été aussi prégnant qu’aujourd’hui. Angoisse climatique, sanitaire, identitaire et religieuse, le monde semble au bord du gouffre. Et comme souvent, ce sont les italiens qui ressentent le mieux ce curieux sentiment contradictoire. N’oublions pas que les progrès technologique et économique ont rallongé notre espérance de vie. Entre désespoir et espérance, obscurantisme et renaissance, ainsi va ce grand peuple latin dont Francesco Bianconi est, en 2020, le sublime ambassadeur. 


    Lire
  • Joan Armatrading, tale & betrayal

    par Adehoum Arbane le 10.11.2020

    La sincérité d’un singer-songwriter est souvent évoquée dans les articles, à grands coups de sentences. Argument automatiquement contesté lorsque l’œuvre gravée en parait dépourvue, c’est-à-dire quand seule l’efficacité pop, le graal absolu, prédomine. L’histoire de Joan Armatrading relève du cas d’école buissonnier, car tenant des deux aspects. Si son premier long, Whatever's For Us, jouit d’une réelle force mélodique, la sincérité de ses chansons – car elles le sont – existe. Cependant elle est à chercher ailleurs que dans la musique...


    Lire
  • Incredible String band, hit coast ?

    par Adehoum Arbane le 03.11.2020 Après la jeunesse, faite d’espérance, survient bien souvent le temps des désillusions. L’année 1974 pourrait être ce point de bascule, surtout pour l’Incredible String Band, duo formé par ces deux songwriters inclassables que sont Robin Williamson et Mike Heron. En 74 donc, le groupe – augmenté de Malcolm Le Maistre, Graham Forbes, Stan Lee et Jack Ingram – sort Hard Rope & Silken Twine. Album touchant, car il marque, à maints égards, la réelle fin d’une époque. On passe ainsi de l’Éden des sixties à l’Ère Industrielle des seventies. Il faut une bonne dose d'ironie...
    Lire
  • Vacance, du pouvoir !

    par Adehoum Arbane le 27.10.2020 Je préfère une mauvaise pub à pas de pub du tout. La phrase, de celles que l’on a tous entendue ou proférée, sonne comme une évidence. L’hostilité est parfois plus douce que l’indifférence. Et l’indifférence c’est par définition le vide. La nature ayant horreur du vide, il convient alors le combler, d’exister, de proposer et ce, quel qu’en soit le prix. Un jeune groupe a décidé pourtant de défier cet axiome. Il s’appelle Vacance. Pas la villégiature, le traditionnel chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens, les joies du camping. Rien de tout cela, bien que le groupe se soit formé l’été dernier. Vacance au singulier fait surgir une toute autre imagerie...
    Lire
Top